J’aurais aimé vous parler de Noël…

… mais je n’y suis pas parvenue, car aujourd’hui j’ai pleuré.

J’ai enfin pris le temps ou plutôt le courage de regarder, ne serait-ce qu’un peu, ce qui se passe en Syrie. Jusqu’ici, j’évitais de me renseigner, je savais que j’en serais malade.

J’ai finalement accepté d’ouvrir les yeux.
Et l’enfant en moi est sorti pour me poser cette éternelle petite question sans réponse : « Pourquoi ? »

Pourquoi ? Et pourquoi ces gens-là ?
Et pourquoi la même histoire qui se répète ?

Quand j’étais enfant, papa et maman n’avaient pas vraiment de réponses.

Les larmes aux yeux, maman disait que c’était horrible, injuste et que le monde était fou.

Papa, plus rationnel, se taisait un moment et finissait par me donner des informations factuelles sur les causes de la guerre dont on parlait alors : pourquoi un camp s’attaquait à un autre et comment on en était arrivé là.

Mais répondre à ce pourquoi profond, lui non plus n’y parvenait pas.

Lire la suite

Publicités